Histoire du Kendo

sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kendo

«Le KENDO est la plus ancienne, la plus respectée et la plus populaire des disciplines modernes du Budō » remarque en 1983 Donn F. Draeger, l’un des spécialistes des arts martiaux japonais.

Après une longue période de guerres et l’unification du pays par le Shogun Tokugawa Ieyasu, le Japon entre dans une ère de paix qui durera plus de 260 ans, l’époque d’Edo (1600-1868), au cours de laquelle l’escrime au sabre, le kenjutsu  剣術, qui a perdu sa finalité sur les champs de bataille, continue à être enseignée dans le cadre de la formation de la caste dirigeante, celle des bushi (ou samouraï): le kenjutsu est l’un des dix-huit arts martiaux que doit pratiquer le bushi. De nombreux traités sur le sabre sont publiés à cette époque au Japon tel le Gorin no shō de Miyamoto Musashi ou le Hagakure de Yamamoto Jocho. De « sabre pour tuer » (Setsuninto 殺人刀) le kenjutsu évolue vers « sabre pour vivre » (katsuninken  活人剣) par l’étude duquel le pratiquant forge sa personnalité. Afin de faciliter la pratique jusque là limitée à des kata au sabre de bois (bokken) ou au sabre réel, Naganuma Shiro développe au début du XVIIIe siècle le sabre en bambou (shinai) et différentes protections (bogu) afin d’autoriser des frappes réelles pendant les assauts. Parallèlement à l’amélioration du matériel qui prend la forme définitive que nous lui connaissons aujourd’hui peu avant la fin de l’ère Edo, le kenjutsu évolue vers sa forme moderne, le kendo.

À la Restauration de Meiji (1868), le port du sabre est interdit par décret impérial en 1876, la classe des samouraïs est dissoute et les arts martiaux tombent en désuétude avec l’introduction des techniques militaires occidentales. Les arts martiaux, dont le kenjutsu, renaissent toutefois dès 1878 dans les écoles de police et la première fédération d’arts martiaux, la Nihon Butokukai est créée à Kyōto au sein du dojo Butokuden en 1895. Jusque là appelé kenjutsu, c’est en 1912 qu’il est fait pour la première fois mention du KENDO dans la publication des Nihon Kendo no Kata (Kata pour le KENDO). L’Occident découvre le KENDO dès le XIXe siècle à travers des récits de voyages mais ce n’est qu’en 1899 qu’a lieu la première démonstration de kendo en France à l’occasion de la visite du créateur du judo moderne, Jigoro Kano.

La défaite du Japon en 1945 porte un coup sévère aux arts martiaux japonais en général et au KENDO en particulier, responsables selon l’occupant Américain de véhiculer une idéologie militariste via le Bushido. Le KENDO sera ainsi interdit après la guerre, mais sa pratique sportive se poursuivra sous le nom de « compétition au shinai » jusqu’en 1952 date à laquelle se constitue la Fédération Japonaise de KENDO (Zen Nippon Kendo Renmei). À cette occasion, des maîtres sont dépêchés à l’étranger. C’est ainsi que maître Minoru Mochizuki, alors 4e dan de KENDO vient en France. Sous le contrôle de ces maîtres japonais, parfois rivaux, la France commence la pratique du KENDO dès le début des années 1950 sous l’égide de la Fédération Française d’Aïkido, Taï-Jitsu et Kendo crée en 1958 par Jim Alckeik, Emile Blanc et Robert Ebgui,celle-ci organise le premier championnat de France de KENDO en 1959.